Les turpitudes d'un poète unipolaire

Silencieux

Silencieux

Il s’en est fallu de peu
Pour que je parte un petit peu
Il s’en est fallu de peu
Que je me meurs à petit feu
Il s’en est fallu de peu
Maintenant je vis pour deux

Il s’en est fallu de peu
Pour que j’oublie tes beaux yeux bleus
Il s’en est fallu de peu
Pour que je continue de rire un peu
Il s’en est fallu de peu
Pour que je ne retourne plus dans ces lieux
Il s’en est fallu de peu
Pour que j’arrête ces jeux
Il s’en est fallu de peu
Pour que je te rejoigne dans les cieux
Il s’en est fallu de peu
Que j’arrête de parler d’eux
Il s’en est fallu de peu
Pour que l’on puisse jouer à deux
Il s’en est fallu de peu
Afin que je sois heureux
Il s’en est fallu de peu
Mais je ne serai plus joyeux
Il s’en est fallu de peu
 Pour que je te dise adieu
 Il s’en est fallu de peu
Que je me retrouve au milieu
Il s’en est fallu de peu
Que je ne sois pas malheureux
Il s’en est fallu de peu
Que je retourne dans ces lieux
 Il s’en est fallu de peu
 Que je réécoute ces sons mélodieux
Il s’en est fallu de peu
Que le temps ne soit plus pluvieux
Mais tu es partie et aujourd’hui tout ce qu’il me reste, ce sont ces souvenirs, d’un printemps écoulé, le temps est devenu maussade, un soleil caché, l’horizon noirci par tant de tristesse. Alors je ferme les yeux, pour rester joyeux et je me rappelle nous chantions à deux et je fredonne ces airs pour me satisfaire d’un passé jamais oublié. Je voudrai te retrouver mais pas là-haut, pas maintenant. Je voudrai que tout redevienne comme avant.

unipolaire maladie poème envolé silencieux yeux

  • 454 votes. Moyenne 4.6 sur 5.

Commentaires

  • Callu
    • 1. Callu Le 09/03/2021
    Oh Hervé, après avoir lu ton poème, la seule chose que j'ai envie de faire, c'est de te prendre dans mes bras, et de te faire un gros câlin. Merci pour cette émotion

Ajouter un commentaire

 

 

Turpitudes livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous procurer le livre rendez-vous https://lelivre-et-laplume.com/
 

Bienvenue dans l’univers de Dragon noir,  un  peu  sombre  certes  mais  jamais austère ; vous y trouverez même de la couleur.
Je combats mes maux à travers les mots, où beaucoup se retrouvent. J’espère que vous vous plairez dans cet uni - vers
malgré tout doux et agréable. Mon écriture est parfois bancale ou maladroite, mais toujours sincère et spontanée. 
Les  démons  et  les  chimères  sont l’image de ma maladie.
Je suis unipolaire, je vis avec. Quand la maladie se fait trop insistante, pour la contrer, entre descente dans les ténèbres et phases stables,
j’ai choisi d’écrire en partie sur elle. L’autre partie de mes écrits concerne mon histoire, et des drames vécus par ma famille ou bien encore
une amie partie trop tôt. Donc tout est vrai !