Les turpitudes d'un poète unipolaire

Espoir

Espoir

Même le temps passé
N’a pas suffi à oublier
Ces années écoulées
A me demander pourquoi
On me montre du doigt
Qui faut-il que je crois
Que faut-il que je sois

Une bête de cirque
Un monstre sorti d’une crique
On me donne des coups de triques
Je replonge dans mon monde
Le trou est bien profond
Et la grotte est si sombre
La bête est là, contente de me voir
Je crois qu’elle a faim
Elle n’a pas mangé depuis une éternité
De mes pensées elle va se rassasier
Jusqu’à me vider elle va me ponctionner
Me laisser à même le sol
Avec ma mémoire noircie
Par toute cette vie de maladie
Me bouffant à petit feu
Me consumant lentement
Mais tellement sûrement
Aujourd’hui j’ai cessé de haïr
J’ai voulu l’affaiblir lui montrer qui je suis
Si elle a mon cerveau
Elle n’aura pas ma peau
 Je vais la combattre
Il faut que je me hâte
Si je veux être libre
A pouvoir me relever
Me mettre à crier
Mon destin m’appartient
Depuis le temps que je tiens
Lui devra crever peut-être entre mes mains
En attendant il faut que je me sorte de là
Et même reprendre espoir
Ne plus rester dans le noir
Sortir à la lumière Je sais je peux le faire

unipolaire maladie poème espoir lumière

  • 694 votes. Moyenne 4.5 sur 5.

Commentaires

  • Nolwen
    • 1. Nolwen Le 11/08/2022
    Heureux celui qui peut,
    Par l'écriture
    Exorciser ses peurs
    Et ses souffrances !
  • Nolwen
    • 2. Nolwen Le 11/08/2022
    Écrire,
    Jusqu'à l'apaisement...
    Sentir déferler en soi
    Telle une marée bienfaisante
    Une sérénité retrouvée...
    Se sentir envahir
    Tout doucement
    Le corps et l'âme
    Sécher les larmes....
    Regarder les mots ravageurs
    Comme des tâches
    Écrasés sur la feuille
    Perdre le charme meurtrier...
    Le coeur apaisé,
    Posé son crayon !
  • Nolwen
    • 3. Nolwen Le 11/08/2022
    Écrire,
    Comme on s'enivre...
    Hurler sans bruit
    Dans le silence des nuits,
    Noyer sa douleur
    Dans l'ivresse de l'écriture...
    Vomir sur sa feuille
    Les mots assassins
    Qui rongent le cœur
    Et consument l'intérieur...
    Crachés sur la page,
    Soudain, ils paraissent moins menaçants,
    Comme si leur pouvoir
    N'agissait qu'en dedans...
  • Marie Bulsa
    • 4. Marie Bulsa Le 15/02/2022
    "Tu es comme le minotaure, prisonnier de ton labyrinthe, cherchant à t'échapper" J'ai souvent de la peine de me nourrir des beautés de tes textes, mais c'est plus fort que moi. Comme une sorte de drogue.
    J'aime tellement ce que tu écris. C'est très vrai, très profond.
    Alors je ne peux te dire que merci de tout cœur.
  • Yann
    • 5. Yann Le 02/11/2021
    Bravo
  • La tigresse insoumise
    • 6. La tigresse insoumise Le 06/05/2020
    Dans ce monde de fous
    Je vois floue
    Je suis à bout, du bout
    Je ne suis que douceur
    Pourquoi tant de malheurs
    Pourquoi tous s’acharner en chœur
    Je voudrais tant
    voir ses matins chantant
    Et les étoiles briller constamment
    Je sais qu’un matin
    Le jour sera là enfin
    Quand quelqu’un tiendra ma main
    A nous deux on sera invincibles
    Et je ne serais plus jamais cible
    Car notre force sera visible

    Petit écho merveilleux texte merci pour cette jolie lecture ☺️

Ajouter un commentaire

 

 

Turpitudes livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous procurer le livre rendez-vous https://lelivre-et-laplume.com/
 

Bienvenue dans l’univers de Dragon noir,  un  peu  sombre  certes  mais  jamais austère ; vous y trouverez même de la couleur.
Je combats mes maux à travers les mots, où beaucoup se retrouvent. J’espère que vous vous plairez dans cet uni - vers
malgré tout doux et agréable. Mon écriture est parfois bancale ou maladroite, mais toujours sincère et spontanée. 
Les  démons  et  les  chimères  sont l’image de ma maladie.
Je suis unipolaire, je vis avec. Quand la maladie se fait trop insistante, pour la contrer, entre descente dans les ténèbres et phases stables,
j’ai choisi d’écrire en partie sur elle. L’autre partie de mes écrits concerne mon histoire, et des drames vécus par ma famille ou bien encore
une amie partie trop tôt. Donc tout est vrai !