Les turpitudes d'un poète unipolaire

Les chemins

Chemin

Il s’en est allé le temps de l’insouciance
Celui de nos errances quand on marchait à deux
Les deux pieds dans la boue et même jusqu’aux genoux
Il s’en est allé le temps de l’insouciance
Quand on se promenait sur les chemins de l’enfance

Toujours les premiers pour rentrer dans la danse
Tu ne viendras plus sur les chemins de l’enfance
Car tu es partie et c’est la délivrance
Tu as combattu tout ce que tu as pu
Mais la mort est venue comme une évidence
Il s’en est allé le temps de l’insouciance
Tu l’as emmené avec tes espérances
Moi je suis resté et puis je t’ai cherché
J’ai longuement regardé sur les chemins de l’enfance
Et je t’ai cherché mais tu n’y étais plus
Comme une évidence mais qui l’aurait cru
Tu t’en es allée à un âge où on ne part pas
Tes enfants se demandent toujours pourquoi
Et nous on leur dit quoi ?
Déjà tous petits ils étaient méritants
Une vie d’enfant à faire sans leur maman
Mais c’est avec le malheur qu’ils se sont construits
Aujourd’hui ils sont grands et ils n’ont plus peur
Vu ce que vous avez vécu vous aviez droit au bonheur
Même si tout ça est bien dégueu
Je sais quelque part tu veilles sur eux
Là-haut dans les étoiles tu es avec eux
Et c’est aussi pour ça qu’ils sont si heureux

unipolaire maladie poème chemin insouciance

  • 694 votes. Moyenne 4.5 sur 5.

Commentaires

  • Nolwen
    • 1. Nolwen Le 11/08/2022
    Très joli texte tout en pudeur et émotion. Tendresse.
  • Julie
    • 2. Julie Le 02/04/2022
    Très beaux ❤️
  • bulsa
    • 3. bulsa Le 07/01/2022
    Juste magnifique. Tes mots sont sombres et somptueux ❤❤
  • Sandrine
    • 4. Sandrine Le 16/10/2020
    Je lis chaque texte avec attention, celui-ci me tire les larmes, une concordance incroyable avec un vécu trop cruel.
    Tu mets des mots sur mes blessures les plus impures et les plus dures, des mots que je refuse de prononcer pour ne pas sombrer .
    Mille merci de partager ainsi chaque texte même si je ne commente pas à chaque fois .
    Bonne continuation.
  • Aida
    • 5. Aida Le 07/10/2020
    Cher Dragon noir, tes écrits si sensibles sont un reflet de ta profondeur, elle même reflet de ta sensibilité et de ta lumière. Et elles me touchent. Par leur liberté et par leur confiance. Mes barricades , je les ai érigées il y’a bien longtemps et personne ne les a jamais effleurées. Garde les s’il te plaît. Comme tu le dit, tu es aussi un être de lumière et c’est l’inspiration que je cherche désespérément.

Ajouter un commentaire

 

 

Turpitudes livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous procurer le livre rendez-vous https://lelivre-et-laplume.com/
 

Bienvenue dans l’univers de Dragon noir,  un  peu  sombre  certes  mais  jamais austère ; vous y trouverez même de la couleur.
Je combats mes maux à travers les mots, où beaucoup se retrouvent. J’espère que vous vous plairez dans cet uni - vers
malgré tout doux et agréable. Mon écriture est parfois bancale ou maladroite, mais toujours sincère et spontanée. 
Les  démons  et  les  chimères  sont l’image de ma maladie.
Je suis unipolaire, je vis avec. Quand la maladie se fait trop insistante, pour la contrer, entre descente dans les ténèbres et phases stables,
j’ai choisi d’écrire en partie sur elle. L’autre partie de mes écrits concerne mon histoire, et des drames vécus par ma famille ou bien encore
une amie partie trop tôt. Donc tout est vrai !