Les turpitudes d'un poète unipolaire

La vie

La vie

La vie n’épargne pas ceux qui reste
Elle leur fait savoir qu’il faut qu’ils en bavent
Sans le moindre remord mais toujours dans la hâte
Elle se jette sur vous jusqu’à vous tordre le cou
Sans le moindre regret vous laisse un goût amer

La vie n’épargne pas ceux qui reste
Il n’y a que les souvenirs pour oublier le pire
A grands coups de rancœur, s’empare de votre cœur
Et si c’était facile elle serait toute docile
Maintenant c’est l’ennui qui rythme notre vie
La vie n’épargne pas ceux qui reste
Une étoile est montée mais toi tu es resté
A trop vouloir se rappeler tu finis par te brûler
Il faudra bien payer pas possible d’y échapper
Il suffirait d’un rien pour prendre le même chemin
A force de cogiter tu risques de tomber
La vie n’épargne pas ceux qui reste
A force de reculer tu finis par te cogner
Ces traces indélébiles te montrent que c’est pas facile
Toujours se relever pour continuer d’avancer
C’est bien de se rappeler pour ne pas oublier
La vie n’épargne pas ceux qui reste
Il faut se dire tout le temps que l’on est bien vivant
Se projeter demain même d’un petit rien
Aujourd’hui c’est le tien demain ce sera le mien
A ta santé je bois même si je pleure pour toi
Je mettrai mon chagrin dans ce très bel écrin
Et demain si je meurs je n’aurai pas de rancœur
A force de pleurer j’ai fini par pardonner
Le temps est assassin il emporte les tiens

unipolaire maladie poème vie remord

  • 453 votes. Moyenne 4.6 sur 5.

Commentaires

  • Léa
    • 1. Léa Le 02/04/2022
    Vivre dans le présent est important
  • Léa
    • 2. Léa Le 02/04/2022
    Oui mais la vie est belle malgré tout
  • Léa
    • 3. Léa Le 16/03/2022
    Touchant et tellement vrai ❤
    Bisous tendresse de Genève
  • Léa
    • 4. Léa Le 16/03/2022
    Bonjour Poète

Ajouter un commentaire

 

 

Turpitudes livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous procurer le livre rendez-vous https://lelivre-et-laplume.com/
 

Bienvenue dans l’univers de Dragon noir,  un  peu  sombre  certes  mais  jamais austère ; vous y trouverez même de la couleur.
Je combats mes maux à travers les mots, où beaucoup se retrouvent. J’espère que vous vous plairez dans cet uni - vers
malgré tout doux et agréable. Mon écriture est parfois bancale ou maladroite, mais toujours sincère et spontanée. 
Les  démons  et  les  chimères  sont l’image de ma maladie.
Je suis unipolaire, je vis avec. Quand la maladie se fait trop insistante, pour la contrer, entre descente dans les ténèbres et phases stables,
j’ai choisi d’écrire en partie sur elle. L’autre partie de mes écrits concerne mon histoire, et des drames vécus par ma famille ou bien encore
une amie partie trop tôt. Donc tout est vrai !