Les turpitudes d'un poète unipolaire

La bulle

Bulle

Je me démène pour sortir de ma bulle
Celle-là n’est pas de douceur
Dedans c’est la terreur
Je ne suis pas seul à l’intérieur
Il n’y a pas de bonheur
Rien que des horreurs

Prisonnier du temps
Je descends lentement
Mais j’arrive sûrement
J’ai fini par me résigner
Je ne peux plus avancer
Je suis mon propre ennemi
Ces monstres et ces démons
l’ont bien compris
Ils profitent de la situation
De ma rage, de mon désespoir
Quand je suis dans le noir
Pourtant je voudrai y croire
Alors je m’accroche à ma vie
Je cherche dans mes envies
Et plus fort je me hisse
Je finis par sortir
Ce n’est pas un caprice
Mais une maladie
Qui me bouffe la vie
J’ai appris à la contrôler
Mais parfois elle prend le dessus
Elle me jette au fond sans poser de question
Et je tourne en rond
Quand j’aperçois enfin la lumière
Tu n’es jamais loin derrière
Je te prends la main
C’est ce qui fait que je tiens
Alors je reprends goût
Je sors des égouts
Je continue jusqu’à la prochaine
Sans peur ni haine

unipolaire maladie poème bulle bonheur

  • 694 votes. Moyenne 4.5 sur 5.

Commentaires

  • Sandrine CHEHERE
    • 1. Sandrine CHEHERE Le 14/12/2020
    Comme toujours, criant de vérité,
    Une douleur, une peur dont nous sommes les auteurs bien involontaires,
    Tomber, s'effondrer, se terrer puis l'espoir d'y croire .
    Merci pour cette véracité.
  • Florence
    • 2. Florence Le 13/05/2020
    Tellement vrai !!

Ajouter un commentaire

 

 

Turpitudes livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous procurer le livre rendez-vous https://lelivre-et-laplume.com/
 

Bienvenue dans l’univers de Dragon noir,  un  peu  sombre  certes  mais  jamais austère ; vous y trouverez même de la couleur.
Je combats mes maux à travers les mots, où beaucoup se retrouvent. J’espère que vous vous plairez dans cet uni - vers
malgré tout doux et agréable. Mon écriture est parfois bancale ou maladroite, mais toujours sincère et spontanée. 
Les  démons  et  les  chimères  sont l’image de ma maladie.
Je suis unipolaire, je vis avec. Quand la maladie se fait trop insistante, pour la contrer, entre descente dans les ténèbres et phases stables,
j’ai choisi d’écrire en partie sur elle. L’autre partie de mes écrits concerne mon histoire, et des drames vécus par ma famille ou bien encore
une amie partie trop tôt. Donc tout est vrai !