Les turpitudes d'un poète unipolaire

Glissade

Glissade

Toujours glisser
Toujours se vautrer
Toujours tomber
Pour mieux se relever
Pour mieux s’élever
Pour mieux partir
Partir ici
Partir là-bas
Partir en vrai

Tant de fois ça m’est arrivé
Tant de fois j’aurai dû m’en aller
Tant de fois je suis resté
Cette saloperie de gouffre
Qui m’appelle comme un ouf
A croire qu’ils n’ont que moi
Pour les distraire et les nourrir
Et tu me regardes
Je te fais de la peine
J’vois bien je suis plus comme j’étais
Ou ça aussi c’est dans ma tête
Difficile de faire le tri
Du réel et de la fable
Alors je brode
Toujours glisser
Pour mieux se relever
Toujours se vautrer
Pour mieux s’élever
Toujours tomber
Pour mieux partir
Partir en vrai
Pas pour de faux
Pour aller voir ce qu’il y a de plus beau
Quand les démons en auront fini avec moi, quand ils auront foutu la paix à mon âme, alors je viendrais à la maison pour te chercher et ensemble nous partirons, nous traverserons la campagne, blanchie du petit matin, nous couperons à travers champs et nous partirons loin là où le soleil ne se cachent jamais là où personne ne peux nous atteindre. Là où nous saurons trouver un nouveau chez nous et nous recommencerons à être heureux tous les deux. Mais en attendant, pour le moment, nous sommes là et déjà tous les deux, alors pourquoi ne pas se contenter de ce que nous possédons déjà, ce serait un bon début.

unipolaire maladie poème partir glissade

  • 454 votes. Moyenne 4.6 sur 5.

Commentaires

  • Marie Bulsa
    • 1. Marie Bulsa Le 07/03/2022
    Bravo encore. Très émouvant. J'adore.
  • Florence Deleurence
    • 2. Florence Deleurence Le 08/10/2020
    Encore un magnifique texte , avec les hauts et les bas de cette maladie .. Aujourd'hui nous prenons les hauts et tout ira bien .. Belle journée ..

Ajouter un commentaire

 

 

Turpitudes livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous procurer le livre rendez-vous https://lelivre-et-laplume.com/
 

Bienvenue dans l’univers de Dragon noir,  un  peu  sombre  certes  mais  jamais austère ; vous y trouverez même de la couleur.
Je combats mes maux à travers les mots, où beaucoup se retrouvent. J’espère que vous vous plairez dans cet uni - vers
malgré tout doux et agréable. Mon écriture est parfois bancale ou maladroite, mais toujours sincère et spontanée. 
Les  démons  et  les  chimères  sont l’image de ma maladie.
Je suis unipolaire, je vis avec. Quand la maladie se fait trop insistante, pour la contrer, entre descente dans les ténèbres et phases stables,
j’ai choisi d’écrire en partie sur elle. L’autre partie de mes écrits concerne mon histoire, et des drames vécus par ma famille ou bien encore
une amie partie trop tôt. Donc tout est vrai !