Les turpitudes d'un poète unipolaire

Clara

Clara

Tu avais tout juste vingt printemps
Soi-disant l’âge de l’insouciance
Mais tu as tiré ta révérence
Tu étais tigresse, lionne, princesse
Ta vie était douceur, tu avais des amis
La voie que tu as choisie ne connait pas de limite

La poudre que tu prenais pour t’éclater la tête
Te bouffait la cervelle jusqu’à te foutre en l’air
Pourtant tu avais tout pour toi
Tous les garçons étaient dingue de toi
Tu étais si belle et toujours souriante
On te voyait comme une insouciante
Qui pouvait se douter que tu étais en manque
La poudre plein le nez tu t’en es allée
Une piqûre dans le bras on te montre du doigt
Souvent je pense à toi, même après tant d’années passées
Que serais-tu devenue si tu avais vécu
Mais là c’est peine perdue, tu nous manques tout le temps
J’aurai voulu croiser ton connard de dealer
Pour lui mettre un grand coup de surin dans le cœur
A part compter, je ne suis pas sûr qu’il sache aimer
Tu t’appelais Clara tu avais de beaux yeux de chat
Les garçons t’aimaient, nous étions tous là pour toi
Mais tu as croisé la route d’un bel enfoiré
Il voulait juste que tu sois défoncée
Sans se soucier de qui va te ramasser
Tes parents tes amis tu étais seule en piste
A trop vouloir vieillir on finit par crever
A l’âge de s’amuser toi tu étais camée
Tu t’envoyais en l’air quitte à rester par terre
la gueule dans le fossé tu t’es mise à saigner
A l’âge de s’amuser t’as préféré crever
Tes parents t’ont trouvé toute inanimée
Ils ont tout essayé pour te réanimer
Mais ils n’ont rien pu faire et tu t’en es allée
Souvent je pense à toi qu’est-ce qu’on aurait pu faire
Moi je ne savais pas tout j’étais assis derrière
Personne ne l’a vu venir tu nous as pris en traître
J’espère que où tu es tu as enfin la paix

unipolaire maladie poème envolé drogue suicide

  • 694 votes. Moyenne 4.5 sur 5.

Commentaires

  • Nolwen
    • 1. Nolwen Le 07/08/2022
    Quel hommage émouvant. J'avoue avoir versé une petite larme. J'aime beaucoup votre écriture et surtout vous lire. Douces Pensées.
  • Nolwen
    • 2. Nolwen Le 07/08/2022
    Le recours à la drogue sonne souvent comme un dernier appel au secours. Cette jeune fille devait être en souffrance pour en arriver là. J'espère qu'elle est en paix aujourd'hui. Écouter ne suffit pas, il faut entendre surtout et ne pas juger, jamais. Elle brille désormais au firmament de votre coeur.
  • Julie
    • 3. Julie Le 03/04/2022
    On s'accroche parfois à la drogue comme une bouée non ???
  • Marie B
    • 4. Marie B Le 07/01/2022
    C'est noir et tellement émouvant
  • Nicolas
    • 5. Nicolas Le 22/11/2021
    Ca me rappelle "Petite conne" de Renaud..
  • gilles
    Poignant
    Mais on ne conjure pas les drames
    avec d'autres drames
    pas toujours
    souvent il y a de meilleures voies
    à espérer, à explorer, tenter
    il me semble
  • Claris
    Vous arrivez à la drogue pour de nombreuses raisons, presque toujours parce que vous attendez quelque chose de beau du monde et que vous ne voyez que la misère, la douleur, les murs impossibles à franchir. Triste réalité d'abandonner la vie. Belle douleur poétique.
  • Florence
    • 8. Florence Le 18/10/2020
    La fuite devant la souffrance, la solitude, les difficultés de l’existence, l’angoisse de l’avenir ,morosité, de sentiments de vide et d’inutilité. La drogue , un drame de notre temps .

Ajouter un commentaire

 

 

Turpitudes livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous procurer le livre rendez-vous https://lelivre-et-laplume.com/
 

Bienvenue dans l’univers de Dragon noir,  un  peu  sombre  certes  mais  jamais austère ; vous y trouverez même de la couleur.
Je combats mes maux à travers les mots, où beaucoup se retrouvent. J’espère que vous vous plairez dans cet uni - vers
malgré tout doux et agréable. Mon écriture est parfois bancale ou maladroite, mais toujours sincère et spontanée. 
Les  démons  et  les  chimères  sont l’image de ma maladie.
Je suis unipolaire, je vis avec. Quand la maladie se fait trop insistante, pour la contrer, entre descente dans les ténèbres et phases stables,
j’ai choisi d’écrire en partie sur elle. L’autre partie de mes écrits concerne mon histoire, et des drames vécus par ma famille ou bien encore
une amie partie trop tôt. Donc tout est vrai !