Les turpitudes d'un poète unipolaire

Ballade

Ballade

Je chevauche mes errances
Comme si j’étais à cheval
La bride serrée
je cherche à freiner
Mais impossible pour moi de m’arrêter
J’ai beau essayer elles se sont emballées

Elles me conduisent en terre de cruauté
Là où sommeille mes démons affamés
En m’entendant arriver Ils vont se réveiller
Et comme d’habitude Tout va recommencer
A force d’y aller J’apprends à les dompter
Ce n’est pas facile Ils sont plein de malice
Pour ne pas dire de vices
Me voilà arrivé Je la sens monter
Cette crise d’angoisse
Qui en moi me terrasse
Le combat commence
Seul contre moi même
Tout ça est dans ma tête
Et j’en suis pas très fier
Mais je ne peux rien y faire
Je suis unipolaire
Et je dois faire avec
Il faut que je me taille
Je suis un bonhomme de paille
Où faut-il que j’aille
Sortir de ce trou
Mais pour aller où ?
Il faut que je remonte
J’ai une vie à faire
Une autre à défaire
Il faut plus que j’erre
La moindre turbulence
Et ça recommence
J’entre dans leur danse
Il ne faut pas que je pense
Sinon c’est la démence
Qui prend l’ascendant
Et je retourne dedans
 

unipolaire maladie poème cheval ballade

  • 694 votes. Moyenne 4.6 sur 5.

Commentaires

  • Nolwen
    • 1. Nolwen Le 12/08/2022
    Laisser du temps au temps. Bisous doux.
  • Marie B
    • 2. Marie B Le 24/02/2022
    Écriture de rêve. Et tu la dis bancale. Bancale en rien.
  • Florence
    • 3. Florence Le 19/05/2020
    Des mots sur vos maux , pas à pas vers un demain plus serein ..

Ajouter un commentaire

 

 

Turpitudes livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous procurer le livre rendez-vous https://lelivre-et-laplume.com/
 

Bienvenue dans l’univers de Dragon noir,  un  peu  sombre  certes  mais  jamais austère ; vous y trouverez même de la couleur.
Je combats mes maux à travers les mots, où beaucoup se retrouvent. J’espère que vous vous plairez dans cet uni - vers
malgré tout doux et agréable. Mon écriture est parfois bancale ou maladroite, mais toujours sincère et spontanée. 
Les  démons  et  les  chimères  sont l’image de ma maladie.
Je suis unipolaire, je vis avec. Quand la maladie se fait trop insistante, pour la contrer, entre descente dans les ténèbres et phases stables,
j’ai choisi d’écrire en partie sur elle. L’autre partie de mes écrits concerne mon histoire, et des drames vécus par ma famille ou bien encore
une amie partie trop tôt. Donc tout est vrai !