Les turpitudes d'un poète unipolaire

Précipice

Precipice

Je suis comme un funambule suspendu au-dessus du vide
Je ne vois pas le fond du précipice encore moins les abysses
Si tout est sombre ici c’est que tout est noir en bas
Je marche sur mon fil et je sens que je glisse
Le fil se défile, cette fois-ci je file
Au fond du précipice j’ai les yeux qui plissent
Je ne suis pas au fond j’y vais à tâtons
Encore dans le noir où il n’y a plus d’espoir

J’entends qu’on m’appelle c’est l’heure de l’appel
Je serai présent quand sera le moment
Les démons sont confiants ils auront ma présence
Même sur ma potence j’entre dans la danse
Je n’ai plus peur d’eux je leur tordrai la queue
Je voudrai que ça s’arrête et pouvoir m’en défaire
Pour me reposer et me projeter sur terre
La vie ne fait pas de quartier si on ne sait pas s’aimer
Qu’on ne sait pas accepter.
Elle vous jette à terre, sans le moindre remord
Sans le moindre pardon Il faut que je sois fort
Je ne me laisserai pas faire, je ne me laisserai pas taire
Et une fois à terre je me relèverai
Je combattrai comme j’ai toujours fait
Un jour je trouverai la paix

unipolaire maladie poème précipice funambule

  • 454 votes. Moyenne 4.7 sur 5.

Commentaires

  • Léa
    • 1. Léa Le 09/05/2022
    Je vous souhaite tout le bonheur du monde
  • Léa
    • 2. Léa Le 09/05/2022
    Bonjour Poète
  • Marie Bulsa
    • 3. Marie Bulsa Le 20/02/2022
    Magnifique comme toujours Hervé ❤❤❤
  • blomme
    bonjour Hervé, beau poème bien sûr tourmenté comme vous mais ou la fin est plus combative et positive car j'espère pour vous qu un jour vous trouverez la sérénité avant que de partir.
    amicalement

Ajouter un commentaire

 

 

Turpitudes livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous procurer le livre rendez-vous https://lelivre-et-laplume.com/
 

Bienvenue dans l’univers de Dragon noir,  un  peu  sombre  certes  mais  jamais austère ; vous y trouverez même de la couleur.
Je combats mes maux à travers les mots, où beaucoup se retrouvent. J’espère que vous vous plairez dans cet uni - vers
malgré tout doux et agréable. Mon écriture est parfois bancale ou maladroite, mais toujours sincère et spontanée. 
Les  démons  et  les  chimères  sont l’image de ma maladie.
Je suis unipolaire, je vis avec. Quand la maladie se fait trop insistante, pour la contrer, entre descente dans les ténèbres et phases stables,
j’ai choisi d’écrire en partie sur elle. L’autre partie de mes écrits concerne mon histoire, et des drames vécus par ma famille ou bien encore
une amie partie trop tôt. Donc tout est vrai !