Les turpitudes d'un poète unipolaire

Photos

Photos

Les yeux rivés Sur les photos
J’essaie de me rappeler
Ces jours où il faisait beau
Les étés chauds
De l’odeur du soleil
Qui se mélangeait à celle du miel

Avant que ne surgisse le drame dans ton sommeil
Celui qui a mis un terme à notre vie
Maintenant plus rien n’est comme avant
Toi tu es partie, sortie de la vie
Bien sûr tu ne l’as pas choisi
Moi je reste là errant
Trépignant d’impatience
Celle de te retrouver
Alors je regarde ces clichés
Empreint de nostalgie
A la fois triste et souriant
Devant tous ces souvenirs
Je me souviens de celle-ci
Mais qui l’a prise au fait ?
Nous sommes tous les deux dessus
Sans doute un inconnu
Arrêté pour la prise de vue
Qu’il est loin le temps où nous marchions ensemble
A errer dans les rues de nos lieux de vacances
Des soirs où nous étions en danse
Toi toujours avec la même insouciance
Moi toujours avec la même attirance
Aujourd’hui je souffre de ton absence
Je sais que l’on se reverra mais quand ?
Combien de temps vais-je devoir attendre ?
A quoi bon rester tout seul ici-bas
Alors que plus rien ne me retient
Qu’elle vienne me chercher
Que je puisse te retrouver
Je n’ai personne ici, à qui parler
je n’avais que toi
Tu t’es envolée depuis je suis paumé
Il ne me reste que des photos à regarder
Sans odeur, sans relief et un regard figé
Alors en attendant de te retrouver
Je reste là à pleurer et à me demander
Quand est-ce que tout se termine

unipolaire maladie poème souvenir photo

  • 454 votes. Moyenne 4.6 sur 5.

Commentaires

  • Marie Bulsa
    • 1. Marie Bulsa Le 14/01/2022
    Magnifique comme toujours
  • Michèle
    • 2. Michèle Le 05/04/2021
    Un texte poignant, digne comme toujours.
    Merci mon cher Hervé !

Ajouter un commentaire

 

 

Turpitudes livre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour vous procurer le livre rendez-vous https://lelivre-et-laplume.com/
 

Bienvenue dans l’univers de Dragon noir,  un  peu  sombre  certes  mais  jamais austère ; vous y trouverez même de la couleur.
Je combats mes maux à travers les mots, où beaucoup se retrouvent. J’espère que vous vous plairez dans cet uni - vers
malgré tout doux et agréable. Mon écriture est parfois bancale ou maladroite, mais toujours sincère et spontanée. 
Les  démons  et  les  chimères  sont l’image de ma maladie.
Je suis unipolaire, je vis avec. Quand la maladie se fait trop insistante, pour la contrer, entre descente dans les ténèbres et phases stables,
j’ai choisi d’écrire en partie sur elle. L’autre partie de mes écrits concerne mon histoire, et des drames vécus par ma famille ou bien encore
une amie partie trop tôt. Donc tout est vrai !